Tous les matins, à la fin de mes fameuses trois pages, j’écris mes affirmations positives. C’est devenu une habitude, un réflexe même. Quand ça m’arrive de ne pas avoir le temps d’écrire mes pages, je prends quand même mon carnet juste pour mes affirmations.

Si mes souvenirs sont bons j’ai découvert les affirmations positives et Louise Hay grâce au défi des 100 jours de Lilou Macé. A vrai dire, je les avais déjà pratiquées dans un exercice au long cours avec ma thérapeute mais je ne savais pas encore exactement ce que c’était.

Pour être tout à fait honnête au début je n’y croyais pas un instant et ça n’a pas été facile de m’y mettre. Quand j’ai écouté le livre-audio de Louise Hay « Oui, je peux » ( https://youtu.be/Vo9eXz0WWSU ) cela m’a paru un tantinet farfelu. J’étais très sceptique, je ne voyais pas comment de simples phrases pourraient changer ma condition. J’ai été élevée dans un monde rationnel et il me faut des preuves ! C’est donc seulement lorsque j’ai lu des études scientifiques qui démontrent que l’on peut agir sur le développement de son cerveau en l’entraînant et développer des zones « positives » puis en expérimentant peu à peu les résultats que j’ai commencé à donner du crédit aux affirmations.  L’une des études qui m’a vraiment marquée est racontée par Thierry Janssen dans son ouvrage « le défi positif ». C’est une expérience menée par Ed Diener, professeur à l’université de l’Illinois. Il « a demandé à des étudiants plus ou moins heureux de se laisser photographier et filmer afin d’obtenir une série de documents qu’il a soumis à un jury chargé d’évaluer la beauté des participants. De manière assez inattendue, les étudiants les plus heureux ne furent pas jugés plus beaux que les autres, même s’ils avaient tendance,eux, à se trouver plus séduisants. On peut donc dire que ce qui rend heureux, ce n’est pas la beauté, mais le sentiment d’être beau. »

On comprend à travers cet exemple tout l’intérêt des affirmations.

affirmation positive

Mais un deuxième obstacle s’opposait à moi : je n’osais pas dire, écrire, même penser, ce que je désirais installer dans ma vie. Au départ lorsque j’ai commencé cet exercice en thérapie je ne m’autorisais absolument pas à formuler ce que je voulais vraiment. Cela m’apparaissait comme un doux rêve, quelque chose que je n’atteindrai pas ou qui n’était pas pour moi. Il a fallu toute la ténacité de ma thérapeute pour que je puisse enfin lâcher le morceau et prononcer mes premières affirmations !

Une affirmation est un objectif de vie, une intention . Répétée et intégrée en vous comme une vérité, elle vous permettra de lutter contre les doutes et de développer votre confiance en vous, votre amour pour vous. Elle est un outil très simple qui nous donne le pouvoir de changer nos croyances et notre vision de nous-même et du monde. Selon Louise Hay, chaque mot, chaque pensée constitue l’amorce d’une expérience de vie. Il s’agit donc d’éliminer le plus possible les pensées qui donnent naissance à des expériences dont on ne veut plus pour favoriser celles, plus positives qui donneront des expériences proches de notre idée du bonheur.

Les affirmations doivent être formulées au présent, et à la première personne. Elles doivent énoncer clairement ce que l’on souhaite. Plus elles sont répétées, écrites, conscientisées et plus elles ont une chance de se réaliser. Si vous souhaitez vous lancer, je vous conseille vivement le livre « Oui, je peux » de Louise Hay, il explique très clairement comment pratiquer les affirmations et donne de nombreux exemples !

Je vous souhaite une merveilleuse journée !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest !

affirmations positives

Laisser un commentaire

non commodo risus. mi, diam vulputate, neque. ut elementum sit
×
×

Panier