Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les carnets. Et ce sont je crois les derniers objets pour lesquels je n’ai pas beaucoup de résistance dans un magasin. J’achète très peu de choses même parfois trop peu, ma garde robe par exemple mériterait vraiment quelques pièces de plus !

J’aspire à un certain minimalisme donc j’ai de moins en moins de choses chez moi, séance de tri après séance de tri, façon Marie Kondo, j’arrive peu à peu à une maison épurée et désencombrée. On est loin encore des intérieurs japonais mais je respire déjà beaucoup mieux. Même pour le scrapbooking, j’ai réduit au minimum mon matériel, je n’achète plus rien en dehors de quelques consommables une fois par an. Et je crée (presque) toujours autant, loin des diktats des derniers produits à la mode. Ça m’est maintenant complètement égal, l’important pour moi étant de m’exprimer et de raconter la vie de ma famille et la mienne.

Mais dans ce portrait de créative décroissante j’avoue qu’ il y a une ombre. Bon elle n’est pas fatale mais semble irréductible : les carnets. Je me disais ce matin en emballant mes affaires pour rentrer chez moi après mon séjour à Tallinn qu’avoir 5 carnets dans ses bagages n’était pas très raisonnable. Bon, j’ai des bonnes raisons : celui des pages du matin , mon carnet de voyages et randonnées et mon bullet journal, ces trois-là ne me quittent que rarement. Plus celui dans lequel j’écris les brouillons de mes articles et de mes projets d’atelier. Plus celui que j’ai acheté chez Tiger parce qu’il est vraiment trop beau et que mon carnet des brouillons est bientôt terminé. Vous voyez, rien d’exagéré.

Quand j’étais enfant je rêvais devant les tous petits carnets à la tranche dorée que vendait la buraliste de mon village. Et aussi ceux avec une couverture illustrée par un des adorables personnage de Sarah Kay. Adolescente j’avais un carnet rouge et noir dans lequel je demandais à chaque nouvel ami que je rencontrais de m’écrire un mot. J’ai toujours eu des agendas décorés soit par mes soins soit du commerce que parfois je payais une fortune au regard de mon petit budget. J’ai fabriqué des dizaines et des dizaines de carnets soit pour moi, soit pour offrir, soit pour vendre. J’ai donc, je dois bien l’avouer, une passion pour les carnets et tout ce qu’on peut y noter. Il y a derrière ça un petit parfum de secret, d’intimité, de poésie, de créativité. Un carnet ce n’est pas un cahier ça n’a pas le même statut (le cahier dans ma tête est rangé au rayon des apprentissages) ni la même valeur.

carnets

Je tiens cet intérêt ou cet amour de ma grand-mère paternelle qui m’en a offert un magnifique un jour : à l’intérieur l’histoire de mon père, de son enfance jusqu’à mon arrivée, agrémentée de poèmes et de photos… un vrai bijou. Mon cœur s’est fendu le jour où après un déménagement je n’ai pas réussi à le retrouver. Mon père écrit lui aussi la vie de sa famille et il m’a raconté l’autre jour que son père avait tenu lui aussi des carnets notamment lors de ses voyages en Chine et en URSS. .. je ne sais pas si j’ai hérité d’eux le goût des beaux carnets mais en tout cas c’est sûr que je ne suis pas née très loin d’un stylo ! D’ailleurs mon arrière-grand-mère en vendait dans son bureau de tabac Lyonnais et je me souviens qu’une fois nous étions allées toutes les deux en acheter un alors qu’elle était déjà à la retraite et qu’elle m’avait expliqué comment bien vendre un simple stylo bic, en le testant devant le client. Des carnets, des stylos et un goût certain pour l’écriture et le témoignage, je ne peux renier mon héritage !

Je pense que tout cela explique pour beaucoup mon coup de coeur absolu pour le bullet journal et pourquoi en peu de temps je me suis emparée de cette méthode pour la faire mienne. Pouvoir consigner dans un même carnet mon organisation, mes plannings, des petits compte-rendus de la vie de famille, des écrit créatifs et pouvoir le faire à ma façon (plutôt minimaliste) et qui plus est dans un magnifique carnet (depuis que je tiens un bullet journal j’ai découvert la fameuse marque Leuchtturm1917 et je suis tombée amoureuse des carnets que l’on peut trouver dans toutes les couleurs mais que je préfère noirs) ! Cette méthode m’a aidée dans mon organisation et a boosté ma vie créative et mon bien-être mais aussi elle me permet de me livrer à l’une de mes activités préférées : laisser courir mon stylo plume sur du beau papier, un plaisir dont je ne me lasse pas !

Si vous voulez découvrir le bullet journal et créer le votre à votre image je propose un atelier complet de 21 jours dans lequel je vous accompagne pas à pas dans sa mise en place ! En ce moment si vous vous inscrivez à l’atelier « Voyage au cœur de la nature » qui commence vendredi, vous pouvez accéder à l’atelier bullet journal à un tout petit prix !

C’est l’occasion ou jamais de vous lancer !

Belle journée à vous !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest!

carnets

Laisser un commentaire

elit. velit, sed massa Sed at libero diam pulvinar ultricies quis
×

Panier