Ecrire son histoire, raconter sa vie, est un moyen puissant et reconnu de cultiver son bien-être. En se remémorant les événements de notre parcours, en les confrontant les uns aux autres, en faisant jaillir les émotions, on apprend à se connaître, à repérer les schémas répétitifs et peu à peu à les déjouer. Poser les différentes étapes de notre chemin sur le papier permet aussi de s’en libérer et d’aborder chaque jour d’un oeil neuf, sans les a priori du passé.

Ce postulat étant posé, comment s’y prendre concrètement ? Nous sommes tous des écrivants et des écrivains en puissance oui mais par où commencer ? Voici quelques pistes qui vous permettront de commencer à écrire votre histoire et peut-être un jour d’en faire une autobiographie !

Ecrire au jour le jour

La première façon d’écrire son histoire c’est de consigner chaque soir les événements de la journée qui vient de se dérouler. On peut le faire de façon quotidienne mais aussi à un rythme plus espacé, chaque semaine ou chaque mois. Mon père remplit ainsi des cahiers d’écolier depuis que je suis toute petite. Il y raconte toutes les anecdotes de la vie de la famille, les progrès de chaque enfant (puis maintenant ceux des petits-enfants), mais aussi quelques éléments de la vie politique française et internationale. Il note le prix des choses pour qu’on ait une indication du coût de la vie. Il  collait aussi dans ces cahiers lorsque nous étions petits  les coupures du journal local avec les résultats du match du petit dernier ou l’article sur l’audition de l’école de musique où nous étions tous inscrits. Je ne sais pas de combien de cahiers sa collection est composée mais c’est une belle trace de l’histoire de la famille, et pour nous les enfants, une mine de renseignements pour pouvoir écrire la notre. Cela se rapproche d’un journal de bord ou de ce que les scrappeuses appellent aujourd’hui un « project life ».

Ecrire à partir de thématiques

Quand on n’a pas pas pratiqué cet exercice de documenter le quotidien, on peut écrire son histoire passée en piochant dans des thématiques. Il y a bien sûr les différentes époques de la vie, l’enfance, l’adolescence, l’entrée dans l’âge adulte, puis l’âge adulte. Cela délimite déjà les choses et paraît moins impressionnant. Ensuite pour chaque époque on peut piocher dans des thématiques comme par exemple, l’école, la famille, les amis, les vacances, les loisirs, le sport, la culture. C’est ce à quoi je vous invite dans les ateliers d’écriture « Voyage au coeur de… » Ecrire un texte sur l’école pendant son enfance est plus simple que d’écrire simplement sur son enfance par exemple.

On peut aussi choisir des sujets très précis, complètement au hasard (comme je le fais en proposant les petites listes dans Le Labo de Créer etc) et jeter ainsi sur le papier des éléments autobiographiques. Cela peut aller de « mes stylos préférés » à « Il y a dix ans même jour même heure je… » en passant par « les chansons de mon enfance ». Autant de faits qui dites ce que vous êtes et qui vous racontent, touche après touche, un peu comme le ferait un peintre pointilliste.

Ecrire à partir d’une photo

Voilà une façon d’écrire que j’ai pratiqué longtemps (et à laquelle je m’adonne encore de temps en temps) en faisant du scrapbooking, puisque mes pages contenaient beaucoup de texte pour la plupart. Choisissez une photo et décrivez le moment qu’elle raconte. Qui sont les personnes présentes, mais aussi qui manque-t-il, qui prend la photo. Où se situe l’action, à quel moment ? Quelle était l’occasion ? Pourquoi a-t-on pris une photo de cette scène ? Il y a beaucoup à raconter sur chaque photo de votre album de famille. Choisissez-en une parmi vos préférés et tentez l’expérience !

Ecrire à partir de la grande histoire

Il y a quelques jours beaucoup d’entre nous se sont remémorés ce qu’ils faisaient au moment où ils ont appris l’effondrement des deux tours jumelles du World Trade Center. Une façon d’écrire notre petite histoire personnelle est  de la confronter à la grande.Par exemple j’ai des souvenirs assez précis de la mort de Claude François, de la fête de la rose au moment de l’élection de François Mitterrand en 1981, du mariage du Prince Charles et de Lady Di. Je me souviens de l’événement mais aussi de qui j’étais à ce moment-là de ce que j’en avais pensé, de ce que j’avais entendu autour de moi à son propos, des personnes qui faisaient partie de mon entourage. Autant de choses à écrire qui racontent des petits morceaux de mon histoire !

Voilà, quelques pistes à explorer ! N’hésitez pas à en partager d’autres dans les commentaires et à me faire le retour de vos expériences d’écriture !

Laisser un commentaire

dolor mattis tempus diam id adipiscing leo. commodo amet, justo
×

Panier