Voilà un peu plus d’une semaine que l’atelier en ligne « Voyage au cœur de ma vie » a débuté et il commence à prendre son rythme de croisière. En créant ce nouvel opus, j’ai osé franchir un pas supplémentaire. J’ai osé me confronter en tant qu’animatrice d’ateliers d’écriture à des sujets vraiment engageants.

Bien sûr au fond de moi je sais que tous les sujets dans tous mes ateliers finissent par devenir engageants. Que l’on parle de Noël, des vacances, ou de sa famille, il y a toujours un moment où l’on touche à un point sensible de son histoire. Dans le dernier atelier sur le quotidien, plusieurs participantes m’ont d’ailleurs fait écho qu’écrire sur leur vie de tous les jours les avait profondément bouleversées. Cela avait mis à jour des blessures, des manques et pour certaines leur avait donné envie de bouger tout ça, de se mettre en route vers un autre quotidien.

Mais avec « Voyage au cœur de ma vie », les sujets sont engageants à tous les coups puisque les participantes plongent directement dans leur histoire. Sans détour. Dès le premier sujet, ça bloque, ça bouscule, ça fait mal, ça saute à pieds joints dans l’émotionnel. Dès le premier sujet je sens les failles, les chagrins, les hésitations à écrire et à poser là sur le papier tout ce qui fait que l’on existe et que l’on est. Dès le premier sujet, les textes partagés sont puissants, à la fois si personnels et si universels.

Avant de commencer cet article j’ai passé une demie-heure dans le groupe, à encourager, à prendre des nouvelles des participantes, à papoter aussi et à lire quelques textes. Et soudain, je me suis sentie emplie d’un amour sincère pour toutes ces femmes. Je n’ai pas pu m’empêcher de leur écrire spontanément, dans un élan du cœur :

écriture amour

« Vous savez quoi les filles ? à chaque fois que je lis un de vos textes (et ça me prend du temps donc désolée si je suis un peu lente mais je savoure !) j’ai envie de vous prendre dans mes bras ! pour le cadeau que vous nous faites, pour le cadeau que vous vous faites, pour la force que vous avez de vous confronter à votre passé, pour tout ce que nous avons en commun, pour vos histoires toutes magnifiques qui me font vibrer ! Alors imaginez ce hug en attendant qu’un jour peut-être il ait lieu pour de vrai ! »

Atelier après atelier je prends conscience que l’écriture de soi, si elle est partagée est un puissant vecteur d’amour. C’est pour moi le bénéfice supplémentaire d’écrire au sein d’un atelier (en dehors de l’accompagnement que je peux apporter). Lire l’histoire de l’autre, c’est à chaque fois lire un peu de la sienne. Immanquablement je me reconnais dans les textes que les participantes de mes ateliers m’offrent à lire comme je peux aussi me reconnaître dans l’autobiographie d’un personnage célèbre. Un trait de caractère, un bout d’histoire, un engagement politique, un sentiment, une habitude.

Et le lien qui me relie ainsi à chacune d’entre elles est un lien d’amour très fort. Cela peut paraître un peu niais dit comme ça, mais j’assume cette niaiserie (qui en vrai n’en est pas une). Chacun de ces points communs dit : « tu n’es pas seule ». Chacun de ces points communs dit : « nous sommes unies ». Chacun de ces points communs répète ainsi qu’au delà de toutes nos différences, culturelles, sociales, il y a tant qui nous rapproche.

C’est cet amour qui me porte et qui me pousse à oser. Car je sais que quoiqu’il se passe dans mes ateliers, grâce à cet amour partagé, je saurai accompagner les femmes qui m’ont fait confiance à travers les écueils de l’écriture !

Belle journée à vous !

Si cet article vous a plus, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest!

écriture amour

Laisser un commentaire