En ce moment j’ai repris ma ripple blanket et j’ai bien l’intention de ne plus la ranger avant de l’avoir terminée.

Oui parce que la triste vérité c’est que je l’ai commencée en mai 2013. Elle a fait de longs, très longs, trop longs séjour dans le placard de « choses à finir ».

Bon, là j’en vois qui se regardent d’un air un peu interrogatif : « Mais c’est quoi une ripeule blanquette ? » En français bien de chez nous ça veut à peu près dire couverture à vagues. C’est un ouvrage au crochet qui peut être du plus bel effet si on en choisit bien les couleurs.

J’ai découvert les ripple blanket et les instructions pour réaliser la mienne sur le blog d’Attic 24. Je suis fan de tout ce que fait cette crocheteuse et de son univers haut en couleurs… je rêve à chaque fois qu’elle publie une photo sur son compte instagram. Evidemment sa productivité me laisse bouche bée, surtout si on la compare à la mienne !

Malgré sa propention à rester inachevée je l’aime d’amour cette ripple blanket. J’aime sa douceur sur mes genoux quand je la crochète, j’aime sa chaleur qui me réchauffe quand je la sors en plein hiver ou lors des soirées d’été plutôt fraîches en vacances à la montagne. J’aime surtout ses couleurs, je les ai pourtant choisies sur internet mais dès que j’ai ouvert le carton de pelotes, j’ai su que je ne m’étais pas trompée.

Et puis, mine de rien, il y a 5 ans de ma vie glissés entre les mailles de ses vagues.

La petite histoire de ma ripple blanket

Je me souviens de la période où je l’ai commencée. J’étais à l’aube d’un déménagement et j’avais besoin de me détendre. Ce déménagement demandait beaucoup de tri et signait le début de la fin de notre vie à 4.  Alors que les enfants étaient partis pour le week-end chez leur papa, j’ai commencé à m’entraîner à ce point qui forme des vagues. J’ai révisé mes bases de crochet et j’ai fait et refait des bandes pour arriver à un résultat régulier.  A la fin du week-end j’avais réalisé deux cache-pots pour mes semis de basilic et j’étais prête pour me lancer dans l’aventure d’une couverture entière !

Le projet a été au ralenti dès que nous avons trouvé notre nouvel appartement car il nécessitait d’être complètement repeint. Les travaux ont duré presqu’un mois et la plupart du temps j’étais seule. J’y ai passé plusieurs journées entières avec une pause à midi pour manger et crocheter quelques mailles de ma couverture.  Je reconnais que le premier mois je l’emmenais partout. Durant tout l’été 2013 elle m’a suivie dans mes périples. Je l’avais dans la session thérapeutique qui a changé le cours de ma vie, je l’avais dans mes premières randos en solo, je l’avais lors de la semaine de vacances à Champagny en Vanoise avec mon fils, mes neveux et mes parents.

Avec la rentrée, d’autres travaux d’aiguilles sont arrivés avec notamment les ateliers de tricot de ma copine Marielle.

Et les années sont passées. Mais de temps en temps à l’occasion de vacances je la ressortais et je la trouvais toujours aussi belle. L’envie de la finir ne m’a jamais quittée.

Il y a quelques mois, à l’aube d’un nouveau déménagement, j’ai pris la ferme décision de venir à bout de ce projet au long cours. Maintenant que je suis confortablement installée chez moi, j’ai envie de la voir tous les jours sur mon canapé. J’ai envie de me régaler de ses couleurs et de me réchauffer à son contact. Alors je m’y suis remise. Dans ma petite chambre de la colocation, puis dans le studio de ma fille, sur le canapé de mes parents avec la famille réunie à Noël, et enfin dans mon tout nouveau salon.

Petit à petit elle grandit. Comme ma compétence à vivre seule, loin de mes enfants, à me construire une  deuxième ou troisième vie !

Elle restera pour moi toujours le symbole de ce passage d’une vie de famille remplie à une vie de femme de moyen âge épanouie. Avec des longues pauses, des hésitations, et de temps à autres de grands pas en avant.

Voilà certainement pourquoi je la trouve aussi belle !

*******************************************************************

Le 26 Mars 2018 commencera un nouvel atelier d’écriture intitulé : « les objets racontent »…

les objets racontent

Comme ma ripple blanket ou encore mon sac de Madou, certains objets représentent tout un pan de notre histoire et sont chargés d’anecdotes et d’émotions ! Dans cet atelier je vous accompagnerai à écrire cela au fil de 12 sujets inspirants.

Pour bénéficier d’une réduction de 20% au moment de l’inscription vous pouvez vous préinscrire en cliquant sur le lien suivant :

https://creretc.activehosted.com/f/27

C’est sans engagement, n’hésitez plus !

******************************************************************************

Cet article vous a plu ? n’hésitez pas à le partager sur Pinterest !

La petite histoire de ma ripple blanket

Laisser un commentaire

Praesent sed et, neque. venenatis, Lorem risus.
×

Panier