Chroniques sensibles

Petites histoires de la vie à déguster au fil des jours

Le réveil sonne.

Une fois sortie du lit, les activités s’enchaînent pour Julia.

Le petit-déjeuner à préparer, un café, les enfants à réveiller, hop, les infos en fond sonore, et toi prends le papier que j’ai signé hier soir, n’oublie pas de m’appeler à midi pour me dire dans quelle salle je dois me rendre pour la réunion parents-profs, ton jean est là où tu l’as rangé je n’y ai pas touché, dépêchez-vous vous allez rater votre bus… je vous aime, soyez prudents et passez une belle journée !

La porte claque.

Elle se ressert un café et s’asseoit à la table de la cuisine. 5 minutes de calme avant de passer à la suite. Elle attrape son téléphone, ouvre sa boite mail et découvre la chronique sensible du jour. Son petit plaisir avant de se lancer dans le tumulte de la vie. Mot après mot, phrase après phrase, elle savoure ces petites anecdotes de la vie, ces histoires de rien, qui font qu’elle se sent moins seule. Derrière ces récits il y a toujours un peu d’elle, de sa vie, de ses émotions et ça lui fait du bien. Un sourire aux lèvres (ou une petite larme à l’oeil, c’est selon) elle referme sa messagerie et se met en route vers une nouvelle journée !

Si comme Julia, vous souhaitez recevoir une chronique sensible dans votre boite mail chaque matin à 7h, abonnez-vous !

Comment ça se passe ?

Une fois votre abonnement validé, vous recevez chaque matin, du lundi au vendredi, une histoire inspirée de ma vie, de mes ressentis, de mon expérience. A la fin de chaque mois, les chroniques sont réunies dans un e-book à télécharger, afin que vous puissiez les conserver.

Donc quelque soit votre jour d’inscription, au final vous avez toutes les chroniques du mois de votre abonnement !

Il existe plusieurs formules d’abonnement, à vous de choisir celle qui vous convient !

Les chroniques sous forme d’e-book

Si vous ne souhaitez pas vous abonner, vous pouvez découvrir les chroniques passées sous forme d’e-book ! Vous les retrouverez tous dans la boutique de Créer etc.

Maintenant préparez-vous un bon thé, et apprêtez-vous à déguster l'une de mes chroniques ! Bonne lecture !

Ce passage-là était vraiment bien !

Aujourd’hui j’ai serré mon fils longtemps dans mes bras et je lui ai dit, doucement, « prends soin de toi ». Puis je suis montée dans ma voiture pour rentrer chez moi, à 60 kilomètres de ce qui est désormais son chez lui. Il va y faire sa rentrée loin de moi et y passer son année de terminale. C’est son choix de rester à la ville, près de ses copains, son lycée, son club de basket, (d’une connexion potable pour jouer aux jeux vidéos aussi avouons-le), c’est mon choix de partir vivre au vert de tester ce mode de vie qui me fait envie depuis tant d’années. C’est notre choix, même si je sais que ce fut un choix difficile pour lui, et que dans ce salon encombré , je n’en menais pas bien large en lui laissant cette dernière recommandation comme une formule magique « prends soin de toi ».

Aujourd’hui j’ai tourné une page de l’album de ma vie. Celle partagée avec mes enfants. Une page qui a duré 24 ans même un peu plus si on compte les quelques mois où j’attendais Camille. Aujourd’hui je dois bien l’avouer je me sens un peu seule, un peu perdue, un peu vide aussi. J’ai laissé derrière moi ces années complètement folles à frôler souvent le burn-out (maternel, professionnel, associatif, amical même parfois et si ça n’existe pas je viens de l’inventer) sauvée in-extremis par le séjour de ma maman qui d’un coup de baguette magique et de beaucoup beaucoup de services rendus remettait ma maison en ordre de marche.

J’ai laissé derrière moi, les cris, les rires, les p’tits bobos et les un peu plus gros, les cauchemars et les « pipiolis », les bagarres, les tétées de la nuit en lisant Les chroniques de San Francisco, les premiers émerveillements de parents devant un sourire aux anges, les « maman, qu’est-ce qu’on mange ? », les longues diatribes sur les professeurs (amis du corps enseignant, si vous saviez le temps qu’on passe à parler de vous autour des tables familiales), les « c’est à toi d’essuyer la table, je l’ai déjà fait hier », les histoires du soir, les « tu reviens dans 10 minutes pour le dernier bisou », les réveils loupés pour partir au lycée, les petites déclarations d’amour à des moments improbables, les repas cuisinés en secret parce que c’est ma fête, les fou-rires à 4 pour une bêtise vraiment bête mais si drôle, les calendriers de l’Avent avec cadeaux cachés dans toute la maison, les médecins de nuit, les soirées crêpes et le kebab du jeudi soir devant Friends, les trajets seule en voiture vers Les Essarts, avec mes trois minis à l’arrière et les pauses tétées sur les aires d’autoroutes, puis les trajets vers St-Romain avec les playlists où tout le monde pouvait partager ses chansons préférées, les week-ends d’automne ou de printemps à Vérone avec les cousins, puis aux Aillons, toute cette tribu autour de nous à nous fatiguer à vie, mais à nous remplir de tant de joie et de tant d’amour…

C’est vrai je suis un peu triste que cette page là se tourne, se serait mentir de vous dire que je n’ai pas un peu les yeux rougis, là en vous écrivant tout ça (un bon gros mensonge même !

Si tout est moyen,
Si la vie est un film de rien,
Ce passage-là était vraiment bien
Ce passage-là était bien.

Souchon

Heureusement rien n’est moyen et je me sens tellement chanceuse d’avoir passé ces 24 ans à prendre soin d’eux aussi bien que j’ai pu. Les voir grandir, apprendre la vie et apprendre le monde, apprendre les autres, apprendre l’école, apprendre la tristesse et apprendre la joie aura été une des expériences les plus enrichissantes de ma vie. Mais il en reste tellement d’autres à vivre ! Et je suis maintenant la mère de trois (presque) adultes remplis d’amour, qui me soutiennent dans tous mes projets et qui sont là, à faire clignoter mon téléphone portable, à animer ma table le temps d’un week-end et à m’emmener avec eux à la découverte du monde.

Qui suis-je ?

Je suis Stéphanie Leschiera et j’accompagne les hommes et les femmes à prendre du temps pour eux et à développer leur bien-être par l’écriture.

Tout au long de ma vie d’enseignante, de maman, de femme, j’ai grandi en me heurtant aux difficultés du chemin et en les surmontant, parfois seule parfois avec l’aide d’une thérapeute ou d’outils de développement personnel.

Aujourd’hui je partage le fruit de mon expérience et ma passion de créer à travers ce merveilleux outil qu’est l’écriture.

neque. consectetur ante. risus. Phasellus felis vulputate,
×
×

Panier