J’arrête le développement personnel ! Cette petite phrase sous forme de déclaration solennelle, je l’ai prononcée il y a tout juste une semaine dans une vidéo destinée à mes amis co-créateurs du défi des 100 jours. Moi-même j’ai été presque étonnée de la prononcer… je ne m’y attendais pas vraiment ! Parce que c’est arrivé discrètement, un peu par surprise… et pourtant quand j’y réfléchis il y a eu quelques étapes décisives sous forme de prises de conscience, de paroles entendues ici ou là, de discussions et de lectures, qui peu à peu m’ont permis de cheminer vers ce choix. Étapes que j’ai eu envie de partager avec vous qui suivez mon travail parce que certainement elles vous paraîtront familières ou vous inspireront de bifurquer vous aussi !

Depuis que j’ai commencé un travail sur moi j’ai appris que l’important dans toute cette démarche c’est l’amour que je me porte et que je suis la personne la plus importante de ma vie. Je l’ai compris, acquis, validé. Avec mon intellect. Mais pour la mise en application, c’est une autre paire de manches. J’avais quelques pas … de géant à accomplir. J’en ai fait quelques-uns grâce à l’accompagnement et aux exercices proposés par ma thérapeuthe Elisabeth. J’en ai fait d’autres pendant mes (presque) 5 saisons du défi des 100 jours aux côtés des co-créateurs. Encore quelques-uns lors de ma formation initiale en Communication Non Violente. Mais toujours je sentais une insatisfaction, une tension en moi. Toujours revenait le sentiment de ne pas y être encore, d’avoir encore beaucoup à apprendre, beaucoup de progrès à faire.

Mais ces derniers mois il y a eu quelques indices, petits ou grands qui m’ont mis sur la piste de l’amour de soi inconditionnel.

Tout d’abord la plupart des vidéos d’Isabelle Padovani  que j’écoute régulièrement histoire de me faire des petites piqûres de rappel et qui expliquent parfaitement que notre épanouissement passe par l’accueil de ce qui est, de ce que nous sommes, et de nos multiples parts, quelles qu’elles soient.

Dans un autre style les longues missives pleines de pep’s que je reçois chaque jour ou presque dans ma boite mail de la part de Lyvia débloque ! Avec son slogan « être toi suffit » et ses messages remplis d’optimisme Lyvia a je crois vraiment débloqué quelque chose en moi et a fait sauté cette croyance que je devais encore m’améliorer, encore progresser, encore apprendre…

Ensuite j’ai eu une discussion au mois de Janvier avec l’une de mes filles à propos du mot développement et de ce qu’il pouvait avoir de néfaste. Nous discutions alors de théories économiques comme celle de la décroissance mais de fil en aiguille nous en sommes arrivées à faire un parallèle avec le développement personnel et j’ai eu un vrai déclic… Dans ce mot développement il y a quelque chose d’infini, qui ne s’arrête jamais (on le voit en économie) et j’ai compris que si je continuais à vouloir me développer je serai toujours dans une quête perpétuelle d’amélioration…

Mais il faut croire que je n’étais pas encore tout à fait prête à dire « j’arrête » puisque c’est seulement la semaine dernière donc, qu’une carte tirée du jeu d’Arouna Lipschitz « 50 cartes pour vivre l’amour » m’a vraiment permis de conscientiser tout cela et de l’accepter. Cette carte en apparence innocente puisque s’intitulant « je suis en intimité avec moi-même » nous invite à nous accepter sans costume, à lâcher nos inhibitions et surtout à supporter l’imperfection si intrinsèquement humaine.

Comme les pièces d’un puzzle tout ces éléments se sont imbriqués et j’ai enfin compris l’origine de cette tension dont je parle plus haut. Certes aujourd’hui je peux dire que je suis en amour avec moi, mais il y a toujours une part de moi qui veut s’améliorer, qui essaie de viser une certaine perfection. Une part qui me dit « ce serait quand même plus facile de t’aimer si tu cuisinais des choses un peu plus élaborées, si tu pesais quelques kilos en moins, si t’avais plus de muscles, si tu t’organisais mieux dans ton travail, si tu créais plus…  » Une part qui ne voit pas que je n’achète quasimment jamais de plats tout prêts, que mon corps est en bonne santé et que je fais de l’exercice tous les jours, sur mon vélo, dans mes randos, à la danse, que je suis déjà super organisée et que je crée tous les jours… une part qui voudrait que je me développe encore, toujours plus, toujours mieux ! C’est cette part que j’ai décidé de ne plus écouter en déclarant « j’arrête le développement personnel… et je m’aime sans conditions ».

D’accord me direz-vous mais concrètement dans ton quotidien, ça change quoi ?

Grâce à mes co-créateurs du défi des 100 jours j’ai découvert Fabrice Midal et son livre  « Foutez-vous la paix » (que je n’ai pas encore lu mais j’ai visionné quelques vidéos) et j’ applique son premier pas qui est extrêmement simple : lorsque ma part perfectionniste se manifeste (car oui elle est encore là, ça ne se tait pas sur un claquement de doigts ce genre de petites voix) je pense juste « je me fous la paix ». Et immédiatement ça me détend. Vraiment !

Ensuite toutes les nouvelles habitudes que je mets désormais en place dans ma vie n’ont qu’une seule intention : me chérir et cultiver mon bien-être. Cela passe par de l’observation, de l’écriture introspective pour connaitre ce qui me fait du bien au quotidien, des rituels tout doux comme prendre un bain (ce que je ne faisais jamais), la préparation d’un plat juste pour moi ou des journées à ne rien faire parce que j’en ai besoin. Finalement rien d’extraordinairement visible tout est caché dans l’intention de départ !

Un petit pas sur mon chemin mais un grand pas vers l’amour de moi inconditionnel !

Cet article a 27 commentaires

  1. Merci, merci pour ce témoignage qui résonne en moi 🙂

  2. Merci et continue de prendre soin de toi…

  3. Ta démarche m’a surprise au début,puis en lisant tes arguments j’ai compris ton raisonnement et j’adhère entièrement à ton positionnement.Je suis passée un peu par toutes ces différentes étapes et je suis convaincue avec toi quand tu dis qu’il faut s’accepter finalement comme on est et se foutre la paix.Néanmoins,j’espère que nous continuerons à avoir le plaisir de partager certains de tes ateliers créatifs.En ce qui concerne tes vidéos,je peux t’assurer qu’il émane de toi une source d’amour chaleureuse qui en dit long sur ta personnalité et ton caractère..Ta voix en dit long et parle de toi à ton insu…Nous sommes connectées en direct avec ton coeur! Je t’embrasse affectueusement,Stéphanie,toi que j’ai appris à connaître à travers tes créations durant les ateliers que nous avons partagés.

    1. ah ah je crois que j’ai fait peur à quelques-unes ! non non je n’arrête pas mes ateliers bien au contraire d’avoir eu cette prise de conscience ça m’a libérée d’une tension et je suis pleine d’idées et d’énergie !
      merci pour ton message plein de douceur Hélène !

      1. Tu peux être fière de m’avoir causé cette frayeur…

        1. vraiment c’était pas du tout mon intention de départ ! faut que je fasse attention aux p’tits coeurs de mes lectrices ! 😉

  4. Bonjour Stéphanie,
    Je partage pleinement ton témoignage et ce que tu dévoiles sur toi et les mots que tu emploies vibrent en moi. Je suis sur le même chemin, je pense, avec ce côté perfectionniste et cette quête de savoir pour combler je ne sais pas trop quoi exactement.
    Grâce à ce que tu viens de me partager, je vais pouvoir me dire qu’il y a aussi un possible pour moi …. Alors mille mercis encore
    Passe une agréable journée
    Véronique

  5. merci pour ce témoignage. c’est exactement ça pour moi le développement personnel, m’accepter, m’aider et arrêter de stresser, d’angoisser pour tout et rien; surtout que maintenant que je suis maman je voyais bien que ce stresse était génétique et que je le donnais à mes 3 filles. un jour je suis allée chez ma mère et je lui ai dit, tu nous donnes ton stresse j’en suis consciente, je le donne à mes filles et je veux que ce cercle infernal cesse. c’est ainsi que j’ai démarré le développement personnel ( dont je ne connaissais pas le nom à l’époque) depuis ma bible c’est Lise bourbeau qui nous aide par ces livres à s’aimer et s’accepter. du coup je change, et mon entourage aussi pour que du bonheur. et quand tu dis une part de moi, Lise Bourbeau l’appelle son égo et lui donne un nom, moi c’est petit voix et quand elle me parle le lui parle je la calme et ouf je dors mieux , je ne gamberge plus ( sinon je me parle un peu ). j’ai encore du travail parce que je profite de tout cela pour arrêter les râleries, les jugements et faire de l’éducation positive même si elles sont grandes mes filles. merci je vais aller voir tes références pour m’inspirer. et je suis ton atelier écriture parce qu ej’adore écriture .merci bonne continuation et bon week-end

    1. oui c’est vrai qu’on peut interpréter le terme « développement personnel » de plein de façons possibles… mais l’idée est là ! je ne veux plus créer une meilleure version de moi-même juste me sentir bien ! et donc nous sommes dans la même démarche ! 😉 bon week-end et bon atelier d’écriture !

  6. Dis tu vas tout arrêter ici….???

    1. oh non au contraire ! le fait de me « foutre la paix » m’a libérée et j’ai plein d’idées et d’envies ! 😉

  7. C est tellement ce que je ressens en ce moment et que je tente de partager aussi avec les autres.

    Je suis passionnée par le développement perso depuis petite et j ai eu cette même prise de conscience que toi il y a peu grâce au fameux livre : « Foutez vous la paix »

    Ne plus tenter d être une meilleure version de soi, mais juste être soi.

    C est libérateur et repausant

  8. Magnifique ! Je tombe sur ton article au moment même où moi aussi j’ai décidé d’arrêter le développement personnel et de me remplir la tête de connaissances à ce sujet au lieu de vivre ma vie et d’être pleinement qui je suis. Un grand merci pour ton témoignage 🙂

    1. c’est beau les synchronicités ! merci de ton retour ! 🙂

  9. Merci pour ce témoignage. Je comprend à travers lui pourquoi je suis si réticente à ces programmes et livres de développement personnel. L’injonction silencieuse à « être meilleur » , « être soi en mieux » m’a toujours fait peur. Même si je suis sûr de passer à côté de nombreux outils utiles. Mais en m’intéressant à la méditation pleine conscience récemment, et à la lecture de cette article, je vais jeter un oeil à quelques pistes, avec un esprit plus averti grâce à toi. Prend bien soin de toi. ^^

  10. à lire ton témoignage , ou celui de tant d’autres , je mesure ma chance
    je n’ai pas de petite voix qui me dit  » sois meilleure »
    j’ai le regard de tous ceux qui m’entourent qui me disent , tu es une belle personne, ne change rien
    mais je crois que j’ai ces regards sur moi car je donne beaucoup de moi
    c’est une telle force que je vis en paix, en acceptation avec toutes mes faiblesses.. bien que moi moi une faiblesse est aussi une chance car elle m’invite à compter sur les talents des autres, à ne pas vivre seule.
    aussi je te souhaite de de lire le regard des personnes qui t’entourent , ils t’aideront à éteindre la petite voix de la perfection
    et puis …. moi ce que je vois de toi c’est tant de douceur, d’énergie qui rayonne … tu es une belle personne

    1. oh merci Agnès pour ce beau retour et pour m’aider à faire taire ma voix avec tes douces paroles ! merci du fond du coeur ! 🙂

  11. Ta démarche me parle totalement. J’ai pris la décision également de prendre de la distance avec le site du Défi, car il faut savoir à un moment laisser faire les choses, afin de se poser et aussi pour voler de ses propres ailes

  12. euhhh … voilà qui résonne, qui raisonne, beaucoup en moi! Merci Stéphanie!

  13. et j’oublie de dire aussi combien je suis positivement émue de trouver le lien vers Guy Belline, le thérapeute à qui je dois ma reconstruction ! (il y a 20 ans ) .

    1. j’étais passée à côté de tes commentaires, bloqués par mon anti-virus dans les indésirables ! quelle erreur !
      Je crois que Guy a restauré beaucoup de chefs d’oeuvre comme il aime à le dire, et nous avons la chance d’en faire partie ! 🙂

Laisser un commentaire

diam commodo elementum amet, id facilisis id ipsum Sed ultricies
×
×

Panier