Pendant longtemps j’ai cru que je n’étais pas persévérante, que les projets au long cours ce n’était pas pour moi et que j’abandonnais plus souvent qu’à mon tour.

Mais, au fil de mon travail d’introspection, j’ai changé ce regard sur moi et j’ai appris deux choses  :

  • la première c’est que dans certains domaines de ma vie je l’ai été
  • la deuxième c’est que pour d’autres domaines je n’avais pas forcément les clés pour y arriver

Aujourd’hui je sais qu’il y a des incontournables à la persévérance et je te les partage pour que toi aussi tu puisses aboutir dans les projets qui te tiennent à cœur !

Le premier ingrédient : la modestie

Si je veux réussir par exemple à écrire tous les jours mais que pour l’instant je ne le fais jamais et que je suis déjà overbookée, je ne vais peut-être pas commencer par le défi « écrire un chapitre de mon roman tous les jours ». Je peux me douter que ça n’aboutira pas à grand chose. C’est très difficile de bousculer ainsi ses habitudes du jour au lendemain surtout si j’ai beaucoup d’obligations par ailleurs. Pour ma part, l’écriture est entrée dans mon quotidien par les listes. Puis se sont ajoutées les pages du matin de Julia Cameron, puis les textes pour mes ateliers (un tous les deux jours environ) puis mes articles quotidiens, puis mon journal du soir. Maintenant, oui j’écris beaucoup et tous les jours. Mais tout s’est fait progressivement, petit à petit.

Le deuxième ingrédient : l’imperfection

Nous ne sommes pas des machines. Si je me lance dans un défi au quotidien, je peux me douter qu’il y aura quelques loupés. Le tout est de les accepter, non comme des accidents de parcours, mais comme faisant normalement partie du défi. Il m’arrive de ne pas écrire mes pages du matin, de ne pas poser mon intention du jour ou de ne pas faire de bilan de la journée. Lorsque je suis une formation ou un atelier, c’est pareil, je prends parfois du retard. Et je l’accepte, la vie est ainsi faite, et c’est ce qui me permettra de repartir sans souci le lendemain.

C’est quand on ne l’accepte pas que les choses se gâtent : on remet en question sa capacité à réussir et très vite on baisse les bras. Je vois dans mes ateliers d’écriture des personnes se décourager parce qu’elles ont un sujet de retard. Non non non ! Un sujet ce n’est rien… et dix non plus ! Il est toujours temps de reprendre et de s’y remettre. Et si on ne fait que la moitié des sujets ce sera toujours une très grande avancée par rapport à rien du tout !

Le troisième ingrédient : l’appui d’autres personnes

Si tu veux réussir à tenir un objectif ou une habitude dans la durée, le meilleur ingrédient c’est de ne pas être seul. Si j’arrive à écrire toutes les semaines un article ou une newsletter c’est parce que je sais que tu es là derrière ton écran à me lire et à me faire des retours et que je me suis engagée auprès de toi.  Si je prends mon courage à deux mains tous les jeudis soirs même quand il fait très froid pour aller danser c’est parce que je sais que je vais y retrouver toutes mes copines. Oui, j’aime écrire, et j’aime danser, mais sans l’ingrédient de la rencontre humaine ce serait beaucoup moins facile.

Voilà j’espère que ces quelques conseils t’aideront à te lancer dans ce que tu souhaites réaliser et je te souhaite une belle aventure dans l’apprentissage de la persévérance !

Laisser un commentaire