Je ne sais pas si vous avez remarqué mais une fois le syndrome de la mi-décembre passé on entre dans une période un peu déjantée où se mélangent en vrac et sans exhaustivité :

  • l’introspection à travers des bilans en tout genre,
  • une activité largement au-dessus de la moyenne incluant la course aux cadeaux, les repas de fin d’année avec les collègues ou les associations, les préparatifs en tous genres (à vous de rajouter ce qui vous concerne)
  • et des émotions fortes liées aux fêtes, de la joie, de l’amour, de l’excitation, de la bonté, et parfois de la tristesse et de la solitude.

En tout cas c’est une période vraiment à part et de mon côté je cumule un peu tout, mais ce qui m’occupe le plus ce sont les bilans, surtout depuis qu’a commencé l’atelier « Voyage au cœur de 2017 » dans lequel nous explorons le moindre recoin de l’année qui vient de s’écouler.

Une des choses qui ressort de mon année 2017, assez anecdotique mais qui l’illustre plutôt bien, c’est que j’ai découvert que j’adorais les salons de thé.

L’année dernière à la même date, je démissionnais de mon travail de salariée pour me lancer complètement dans mon activité d’entrepreneure avec Créer etc. Depuis le mois de janvier, j’ai donc expérimenté une nouvelle façon de travailler et la possibilité de le faire à peu près n’importe où ! A mon bureau, dans mon canapé, dans mon lit, à la bibliothèque, assise dans l’herbe, au bord d’un torrent, dans la forêt, dans un parc, chez des amis, chez mes parents, chez l’une de mes filles et… dans les salons de thé.  Le plus souvent quand même, soyons juste avec la réalité, je travaille de chez moi. Mais parfois quand les heures de labeur s’enchaînent ça me fait du bien de prendre ma voiture ou mon vélo et d’aller voir ailleurs pour sentir ainsi battre le cœur du monde !

Une ou deux fois par semaine, je me pose donc dans un salon de thé, armée de mon bullet journal, d’un cahier de brouillon ou de mon ordinateur. Les jours où je suis raisonnable je me contente d’un thé (vert au jasmin, mon favori du moment), les autres j’y ajoute une douceur, le plus souvent chocolatée, le magnésium c’est bon pour la réflexion !

salon de thé

Et comme ça au fil des mois j’ai pu en tester de nombreux ! A Strasbourg pour la plupart, mais aussi à Villé, à Sélestat, à Tallinn (j’ai pris la photo qui illustre cet article au Kohvik Must Puudel, un endroit vraiment ravissant, hors catégorie!), Riga et Vilnius pendant mon voyage dans les pays Baltes, à l’aéroport de Francfort, et à celui de Roissy à mon retour du Burkina Faso. Je pourrais faire un guide du routard du salon de thé.

Les impersonnels et très chers des aéroports, les chaleureux et abordables mais pas toujours très bons ni très beaux des petites villes, les snobs, très chers et pas vraiment bons, les qui paient pas de mine mais où on est très confortable pour travailler, les trop bruyants, les branchés, les dangereux (parce que leurs pâtisseries sont vraiment des tueries), les attachants (on finit toujours par y retourner), les connectés, les ringards au charme désuet (bien souvent mes préférés, sauf quand j’ai besoin d’une bonne connexion), les dotés de serveurs charmants…

J’ai pu au fil de mes « visites » faire tomber quelques clichés sur ces lieux, comme par exemple qu’ils ne sont fréquentés que par des mémés aux mise en plis impeccables. On y trouve des mamans avec des jeunes enfants, des étudiants (du moins dans ceux qui sont abordables pour une bourse d’étudiant), des personnes en rendez-vous d’affaires, des amoureux, quelques touristes et des travailleurs indépendants qui, comme moi, jouent les nomades du bureau. Un autre cliché (du moins dans ma tête) est que c’est un plaisir luxueux. Si on est raisonnable (un seul gâteau à la fois ah ah) et qu’on choisit bien l’endroit ce n’est pas un gros poids sur le budget (ensuite, bien sûr, je suis consciente que pour certaines bourses, la moindre sortie est compromise).

J’ai donc peu à peu arrêté de me sentir vieille et très très riche en m’installant dans un salon de thé ! Mais je considère toujours que c’est un luxe. Parce que j’ai le temps, parce que j’ai le choix, parce que je peux y faire mon travail.

En cette fin d’année 2017, je me réjouis par avance de tous les futurs salons de thé à visiter en 2018 !

Et vous, qu’avez-vous découvert que vous aimiez en 2017 ?

Et n’oubliez pas de partager l’article sur Pinterest 🙂

salon de thé

Laisser un commentaire

libero felis mattis velit, sed ut felis Lorem risus.
×

Panier