En ce moment pour tout vous dire, la tempête gronde sous mon crâne et dans mon cœur. Mon installation à la campagne en colocation me bouscule beaucoup. Il y a des choses que j’adore et d’autres vraiment difficiles .

Je savais que ce serait une période de transition et qu’il y aurait des obstacles mais honnêtement je ne m’attendais pas à ce que ça me fasse cet effet-là. C’est un peu comme si un rouleau compresseur me passait sur le cœur et l’âme et remettait tout ce que je sais de la vie et de moi dans une autre perspective. Et cette autre perspective est pleine de prises de conscience qui ne sont pas toujours faciles à accepter.

Comme le fait que je n’ai pas encore suffisamment d’amour pour moi. Ou que je n’arrive pas à prendre ma place et à être entièrement moi dans certaines circonstances. Ou que je peux être blessée et complètement me refermer sur moi par une toute petite remarque de rien du tout mais qui arrive juste à un moment dans lequel je ne peux l’accueillir sereinement ou sur un sujet qui m’est douloureux.

Une part de moi se réjouit de vivre ça et d’avoir ces prises de conscience car elles m’indiquent le chemin que je dois prendre pour m’aimer encore plus. Mais une deuxième part en a vraiment ras-le-bol et est épuisée. Et enfin une troisième est carrément déçue. Ben oui, à quoi bon tout ce travail sur moi et mon bien-être si c’est au final être encore autant bousculée dans certaines circonstances de la vie ?

jours gratitude

Heureusement j’ai une autre part sage et pleine d’amour qui elle, a quand même un peu appris en chemin. Et elle se souvient d’une petite phrase d’Isabelle Padovani (que je vous recommande chaudement) dans l’une de ses vidéos : « si tu penses que tu es éveillé, va passer dix jours chez tes parents et tu verras si tu peux garder tout ton calme » (je cite de mémoire mais l’idée est là). Ben vous savez quoi, ma colocation, c’est presque comme retourner vivre chez mes parents. C’est un raccourci bien sûr mais disons que l’idée est là. (et je précise qu’il n’y a là aucun jugement de valeur, ni de mes parents, ni de mon colocataire. Juste que la vie en commun ne coule pas de source.)

Je me rassure donc en me disant que c’est normal d’être dans cet état et d’avoir des difficultés et que cela ne remet pas en cause le chemin que j’ai parcouru. Je vois aussi mes progrès : en d’autres circonstances j’aurai fui (et c’est bien ce que j’ai eu la tentation de faire je vous l’avoue) mais je suis là, chaque jour, à relancer la discussion pour que les choses s’améliorent et que l’on trouve un équilibre de vie. A écouter l’autre du mieux que je le peux et à reconnaître mes erreurs quand il a raison.

Tout ça pour vous dire que dans tout ce chambardement émotionnel je me suis rendue compte que j’avais de la peine à avoir de la gratitude pour tout ce qui m’arrivait de joli, d’agréable, de fantastique, d’étonnant, de merveilleux ! Et pourtant, en y pensant j’ai tellement de choses pour lesquelles je suis reconnaissante… mais la vie passe et j’oublie, de l’écrire, de le dire, de le mettre en valeur.

J’ai donc pensé que ça me ferait vraiment du bien de le faire désormais chaque jour. Comme j’ai besoin d’un petit stimulant et que j’adore les défis, j’ai eu envie de vous embarquer avec moi ! Pour être sûre de m’y tenir et pour que cette gratitude soit démultipliée, par 10,100, 1000 ! Cela se passera sur instagram avec le hashtag #100joursdegratitude. Chaque jour postez une photo de quelque chose pour laquelle vous avez de la gratitude. Essayez de célébrer chaque jour quelque chose de différent et à la fin du défi vous aurez 100 raisons d’avoir de la gratitude ! Si cela vous paraît trop chronophage vous pouvez aussi faire un résumé toutes les semaines ! Emparez-vous de ce défi, faites-le votre et développez votre gratitude !

On commence dès aujourd’hui ! Belle journée à tous !

 

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest !

gratitude

Cet article a 7 commentaires

  1. Je ne comprends pas le sens du mot gratitude. Pour moi il a une connotation trop religieuse à mon goût, du style bénédicités, merci mon dieu pour ce repas, etc etc. Mais certaines personnes autour de moi me disent «non pas du tout». Pour moi avoir de la gratitude, c’est dire merci à quelqu’un… je ne vois vraiment pas ça au quotidien ni même à intégrer dans mon bujo. A la limite je visualise mieux l’expression «petit bonheur». Je ne sais pas si je suis claire dans mes questionnements ….

    1. merci Sylvie pour ces questionnements ! cela m’a inspiré une vidéo qui sera dans mon article de demain ! je te laisse donc la regarder ! 🙂

  2. j’ai bien envie de me lancer. ça me ferait du bien car je suis en plein questionnement sur moi-même… de terribles angoisses la nuit, la peur d’avancer…

    1. Coucou Delphine,
      c’est certain que ça fait du bien de voir le positif ! fais le sans te mettre la pression ! si tu loupes un jour, tu recommences le lendemain ! Je te souhaite beaucoup de courage pour ton chemin vers toi-même ! Mais le commencer c’est déjà ça ! 🙂

  3. Christiane

  4. Coucou Steph, pour la gratitude, on poste où ???, merci mille fois….bizzzzzzzzzzzzzzzz

Laisser un commentaire

et, vel, neque. suscipit sem, id ut id quis, massa
×
×

Panier