Je vous écris depuis la salle d ‘attente de mon garagiste. Oui c’est un peu étrange écrit comme ça. On n’imagine pas trop une salle d’attente chez un garagiste mais celui-ci en a une, un petit coin aménagé avec fauteuils et magazines, dans son hall d’exposition qui sert aussi de lieu d’accueil, de boutique et de caisse pour la station service attenante. J’attends donc, en observant les clients qui passent et le stylo à la main (pas de risque ici de rater mon avion), que ma voiture retrouve sa pleine santé. Je recueille ici lqa leçon numéro un de ma nouvelle vie à la campagne : ma voiture est comestible pour les rongeurs qui vivent autour de la maison et qui n’ont fait qu’une bouchée de la sonde à oxygène du moteur ! La bonne blague ! J’essaie de faire contre mauvaise fortune (400 euros tout de même) bon cœur et je profite de l’occasion pour agrandir le territoire des découvertes de ma nouvelle vie en l’occurrence ici, le garage, le garagiste et ses deux employés, tous les trois forts sympathiques. Et je repense à l’article écrit le 17 août sur la vie et son école de la patience.

Un mois et demi plus tard je peux mesurer mes avancées, mes nombreuses découvertes et combien ma zone de confort dans ce nouveau lieu de vie s’est agrandie dans ce laps de temps. Je maîtrise désormais parfaitement les différents rayons du supermarché local, un gain de temps et un atout considérable pour quelqu’un qui n’est pas du tout fan des courses comme moi. Je n’ai pas encore trouvé d’alternative à mon magasin bio Strasbourgeois mais comme je vais à la grande ville une fois par semaine pour mon cours de danse, j’en profite pour faire des provisions. J’ai appris à podcaster les documentaires radio que j’aime tant afin de pouvoir occuper agréablement ces deux heures de route hebdomadaires.

Je connais bien la géographie de mon village et je commence à avoir une carte mentale assez précise des chemins qui l’entourent. Je sais où l’on peut trouver les plus grosses châtaignes (mais je n’ai pas encore osé me lancer dans la confiture que ma fille aînée aime tant), je connais le noyer qui dépose ses fruits juste sur le chemin et j’ai déjà fait trois énormes compotes avec les pommes glanées pendant mes balades. J’ai croisé sur ces chemins depuis que je m’y promène, une biche, plusieurs écureuils, des tas de petits rongeurs et de magnifiques rapaces et cerise sur le gâteau, dimanche un magnifique cerf.

vie ordinaire

J’ai découvert le Dojo de la petite ville d’à côté grâce aux cours de yoga (qui me plaisent beaucoup), la MJC, la librairie qui me compte désormais parmi ses clients fidèles (mais raisonnables ah ah), le salon de thé où je me plais à écouter les discussions tout en écrivant mes listes et en dégustant un thé au jasmin (accompagné, parfois, je l’avoue, d’une petite douceur).

Je n’entends presque plus l’angélus de 6h du matin qui me réveillait encore immanquablement il y a peu. J’ai les fiches horaires des trains et des bus pour venir jusqu’à chez moi depuis Strasbourg pour tous ceux qui prendraient pour excuse qu’ils n’ont pas de voiture. Je n’oublie plus de sortir les poubelles, j’ai enfin mémorisé que la jaune c’est le mardi soir des semaines impaires et la grise le mercredi chaque semaine. J’ai installé un bac à compost dans mon jardin. Je connais même le prénom de mon voisin.

Un mois et demi pour prendre des marques des repères. Des nouvelles habitudes. Même si parfois elle me manque encore, mon ancienne vie à Strasbourg n’est plus aussi présente dans mon esprit.

Ce que je découvre et construit ici, malgré ou grâce aux effort que je déploie, me rapproche chaque jour un peu plus de la vie idéale que je décris dans mon carnet chaque matin. Et ce que je glane en chemin me rend aussi heureuse qu’une poignée de noix offerte au détour d’un sentier par un arbre généreux.

Dans quelques mois, quelques années peut-être j’écrirai : ce n’était pas facile tous les jours, mais ça en valait la peine.

Belle journée à vous !

PS : n’oubliez pas qu’avec le code de réduction BUJO (à ajouter au moment de valider votre panier) vous obtiendrez une remise de 20 euros sur l’atelier « Booster sa vie avec le bullet journal » . Cette offre est valable jusqu’à ce soir minuit, n’hésitez plus !

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest!

Laisser un commentaire

libero. lectus libero odio eleifend efficitur. elit. Praesent mi, elementum sem, libero
×

Panier